Émergence d’une réglementation adaptée contre la surchauffe des bâtiments

La Belgique à la traîne par rapport à ses voisins.

La Belgique n’échappe pas au changement climatique, nos étés sont de plus en plus chauds. Alors que les pays voisins se mobilisent pour mettre en place une réglementation visant à prévenir la surchauffe dans les bâtiments, notre réaction est plutôt tiède. VEROZO, l’Union des producteurs de protections solaires, veut sensibiliser les constructeurs et appelle le gouvernement à prendre des mesures. ​ ​

Pour pouvoir réaliser des rénovations et des constructions neuves économes en énergie d’ici 2050, l’accent est principalement mis sur l’isolation, le remplacement des menuiseries, une construction étanche à l’air et un chauffage économe en énergie. C’est à juste titre mais, curieusement, le sens de l’urgence est bien moindre lorsqu’il s’agit de se protéger de la chaleur. Éviter la surchauffe des bâtiments devient toutefois tout aussi important que limiter les pertes de chaleur si nous voulons atteindre les objectifs énergétiques.

Cet été (comme les années précédentes), nous avons eu un avant-goût de ce que le climat nous réserve. Les prévisions climatiques indiquent que les vagues de chaleur seront plus fréquentes et plus longues, avec des températures toujours plus élevées. Il fera aussi plus souvent trop chaud pendant les saisons intermédiaires. Et ces températures plus élevées entraînent naturellement une demande accrue de refroidissement.

Beaucoup de gens optent alors pour la climatisation mobile (relativement bon marché), un peu comme pour créer un confort temporaire en voiture. Le revers de la médaille est lui aussi prévisible : une augmentation substantielle de la consommation d’énergie et des émissions de gaz à effet de serre. En somme, lutter contre le réchauffement seulement par un refroidissement actif tel que la climatisation est un désastre pour l’environnement et pour nos factures d’énergie. ​ Mieux vaut prévenir que guérir. Pourquoi n’appliquons-nous pas ce principe plus souvent ?

 
 

Mesures possibles

Limiter le rayonnement solaire direct est une première étape. Barrer la route à la chaleur. À cette fin, l’orientation du bâtiment et des pièces est particulièrement importante. La deuxième étape est une protection solaire mobile ou (dans une moindre mesure) un vitrage protégeant du rayonnement solaire. Une protection solaire extérieure mobile (ou dynamique) présente un double avantage. Elle masque le soleil lorsqu’il n’est pas souhaité, mais laisse entrer la lumière naturelle et la chaleur solaire en hiver, ce qui permet de réduire la demande de chaleur.

Pour évacuer la chaleur, ouvrir les fenêtres la nuit est la troisième étape la plus logique et la plus naturelle. La ventilation mécanique des habitations est également une option, bien que son effet soit plutôt limité. Le refroidissement est la dernière étape et peut s’effectuer de différentes manières. Les méthodes passives utilisent le froid dans l’environnement tandis que la climatisation est un système actif.

Les pays voisins sont plus avancés

Les Pays-Bas ont mis au point un programme de simulation dynamique appelé « Dépassement de température pondéré » (DTP- Dépassement de température pondéré), qui permet de prévoir spécifiquement le risque de dépassement de la température. Le graphique montre clairement que la protection solaire réduit nettement le risque de surchauffe. Les Pays-Bas vont même plus loin en imposant une limite supérieure au DTP (450 heures). Les autorités veulent ainsi promouvoir le confort des habitations en été également.

 
 

Toujours aux Pays-Bas, la Consultation sur les normes d’adaptation au climat (OSKA) tend à garantir que les normes de conception des bâtiments tiennent compte des étés plus chauds et du besoin croissant de refroidissement. À cet effet, l’« échelle de refroidissement » a été récemment introduite avec un ordre de préférence pour les mesures. Ce modèle est le principe de base actuellement adopté au niveau international pour lutter contre la surchauffe des bâtiments.

 
 

Au Royaume-Uni, de nouvelles exigences légales visant à réduire le risque de surchauffe ont été introduites fin 2021. À cet égard, la protection solaire extérieure est la première mesure envisagée. Cette même réglementation impose de toujours avoir une forme de refroidissement passif avant de recourir à un refroidissement actif ou mécanique.

Et en France, la réglementation environnementale RE2020 s’applique dans les nouvelles constructions, imposant diverses exigences telles que la conception bioclimatique (BBIO), la consommation d’énergie primaire (CEP), le confort d’été (DH), etc. ​
Les protections solaires automatisées sont l’une des mesures permettant de répondre « facilement » aux exigences, sans avoir un impact trop important sur le budget. Dans certaines régions du sud, il est même devenu impossible de répondre aux exigences sans protection solaire automatique.

Pour les bâtiments existants, les volets roulants/protections solaires doivent être conservés ou remplacés en cas de rénovation.

Avantages pour les nouveaux bâtiments et les rénovations

Tout comme l’isolation protège le logement du froid, la protection solaire protège de la chaleur. Dans les pays voisins, cette prise de conscience est nettement plus avancée. Par ailleurs, l’intégration de la protection solaire dès la phase de conception est sans aucun doute la solution la plus efficace, tant sur le plan financier que sur le plan énergétique.

La rénovation des habitations devra suivre la même voie que les nouvelles constructions, comme l’amélioration de l’isolation. Pour éviter la surchauffe dans ces habitations aussi, il convient d’ajouter une protection solaire lors du remplacement des vitrages et des châssis. ​ ​ ​

VEROZO appelle donc les autorités à prendre des mesures, mais veut en même temps sensibiliser les propriétaires à la nécessité et aux avantages d’une protection solaire lors de la conception et de la rénovation de leur habitation.

La protection solaire est un investissement durable qui nous permet de nous armer doublement contre la crise énergétique et climatique croissante.


A propos de Verozo www.verozo.be

VEROZO, l'Union Professionnelle Belge de Producteurs de Volets et Protections Solaires, est le centre d'information des consommateurs, professionnels et institutions publiques désireux d'en savoir plus sur les avantages, les multiples possibilités et le fonctionnement des protections solaires et des volets roulants. Bien conçus, les protections solaires et les volets roulants apportent une contribution remarquable aux « bâtiments durables », qui combinent réduction de la consommation d'énergie et ​
climat intérieur sain pour les occupants.

Plus d'info
​Verozo I Ann Van Eycken I secrétaire générale I [email protected] I 0475 90 49 94

​RCA I Kirsten Van de Werf I [email protected] I 0492 12 77 54

Recevez des mises à jour par e-mail

En cliquant sur « S'abonner », je confirme avoir lu et accepté la Politique de confidentialité.